2018. Tout va très vite. Surtout l’information, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Les livres de références sont désuets, demander à Google ou à Facebook est plus facile et surtout plus rapide! Ce sont maintenant des réflexes ancrés dans plus d’une génération et ça ne s’arrêtera pas demain matin.

Quand on devient parent, dès le petit + sur un test de grossesse, on se pose mille et une questions. Chercher et trouver les réponses à ces questions est toutefois un tantinet plus complexe que trouver une recette de muffins au bananes sans gluten… Pourquoi? Parce qu’à chaque question, il y a PLUSIEURS réponses! Tout dépendant où on cherche, on trouve différentes réponses : des trucs de grand-mère, les recommandations officielles du Québec, les recommandations du Canada anglais ou d’autres pays, des articles de journaux ou de blogues écrits par un professionnel de la santé (médecin, infirmière, nutritionniste, pharmacien, physiothérapeute, ergothérapeute, chiropraticien, ostéopathe, name it) ou encore par des professionnels de médecine douce ou alternative (naturopathe, acupuncteur, homéopathe…), des articles rédigés par des accompagnantes, ainsi que tout un tas de trucs de monsieur et madame Tout-le-Monde, sans compter les ami-e-s, la famille, et j’en passe.

Comment s’y retrouver dans ce dédale d’information? Comment savoir quelle est la bonne façon de faire avec bébé? Moi je dis : fais-toi confiance!

Hier et aujourd’hui

Depuis la nuit des temps, l’Humain a des instincts puissants et profonds. Avec la modernisation, il y a eu plusieurs vagues de recommandations, mais aussi des périodes où les professionnels, les gens plus instruits, voulaient tout contrôler. Cela a mené à une certaine répression de nos instincts. Rassurez-vous, les recommandations ont toujours été émises dans le but de mieux faire, en lien avec les meilleures connaissances du moment! Elles ont d’ailleurs beaucoup évolué avec le temps.

Mais aujourd’hui, qu’en est-il? On peut retrouver tellement de disparité dans les façons de prendre soin de nos bébés, nos enfants, parfois on ne sait plus où donner de la tête… C’est là où je répète : fais-toi confiance! Bien sûr, connaître les recommandations officielles est la base; on les trouve facilement dans le guide Mieux Vivre (version papier ou électronique) et sur le site Naître et Grandir. Pour les questions sur la santé, mieux vaut en discuter avec un médecin ou une infirmière; Info Santé 811 est une très bonne ressource et un bon guide. Pour tout le reste, bien qu’il existe des tas de ressources, fais-toi confiance!

  • Quand ton petit ne semble confortable pour dormir que dans tes bras, que les écrits et les témoignages te disent autant de le laisser pleurer que de le prendre;
  • Quand ton bébé semble vouloir manger à 5 mois, que les uns disent d’attendre à 6 mois et les autres qu’il n’y a pas de problème à débuter plus tôt, même 3 ou 4 mois;
  • Quand tu hésites entre les purées et la DME;
  • Quand tu es déchirée entre sortir sans bébé, avec bébé, ou rester chez toi et reporter la sortie;
  • Quand tu dois choisir le milieu de garde de ton bébé;
  • (fill in the blanks)

F A I T – T O I  C O N F I A N C E ! Écoute ton cœur, ton instinct, ta petite voix, et fais ce qui est le mieux pour TOI 🙂 Tu peux faire toutes les lectures du monde, demander tous les avis possibles, toi seul-e a la bonne réponse au final.

 

https://naitreetgrandir.com/fr/

https://www.inspq.qc.ca/mieux-vivre

 

Jeanne Caron

Nos petits microbes…

Bébé est malade. Probablement rien de bien grave, une infection des voies respiratoires supérieures, un simple rhume. Un bon gros rhume quand même, avec beaucoup de sécrétions nasales et bronchiques, de la fièvre légère à modérée, mais surtout beaucoup de ‘mochitude‘.
Vous savez sûrement, ce bébé rieur qui ne fait plus que chigner, qui ne veut plus quitter vos bras, qui refuse même ses aliments préférés et qui dort à toute heure du jour, mais seulement bien collé sur maman.
Ô qu’on n’aime pas ça voir nos enfants malades! Je serais volontiers malade à sa place et vous de même dans une situation semblable j’en suis certaine. Malheureusement, c’est impossible…

Alors au programme de la journée : du linge mou, beaucoup de câlins, beaucoup de divan, et beaucoup de tétées (ou biberons aussi, selon votre situation). Exit le lavage/pliage/rangeage du linge, la vaisselle, le ménage, le débouchage des tuyaux (ouin, pas éternellement pour ça quand même)! Même la préparation des repas y est passée! → Chocolat chaud pour déjeuner, restes pour dîner et restes pour souper; vive les restes! ← Je colle mon petit morveux (littéralement), je le berce, je le flatte, je le mouche x1000. J’essaie de rendre sa journée moche la plus confortable possible. Et demain, ça ira sûrement mieux.

…Mis en perspective

Pourtant, quand il dort et ronfle paisiblement sur moi, mon esprit vagabonde…

Je ne peux passer outre que mon bébé, il est malade quelques jours de temps en temps, mais certains sont malades tout le temps. Tous les jours. Alors que mon bébé a besoin de plus de soins et d’une attention particulière de temps à autres, d’autres en ont besoin souvent; plusieurs fois par mois, par semaine, par jour… Il y a des petits combattants et des familles de guerriers qui chaque jour surmontent les épreuves et les difficultés. Des familles pour qui les couloirs de l’hôpital sont une deuxième maison, pour qui le personnel est une deuxième famille. Des familles dont le quotidien est bouleversé, tout le temps, qui peinent à arriver.

À toutes ces familles, vous faites du bon travail! Je ne peux m’imaginer que très partiellement ce que vous vivez. Même si ça peut paraître insurmontable, vous êtes là, chaque jour, à défier la maladie et l’impossible pour le bien de votre rejeton. Vous le faites simplement parce que c’est comme ça, sans trop vous poser de questions. Et c’est remarquable!

Alors bien simplement, à tous les parents dont l’enfant est malade, que ce soit un petit microbe ou une grosse maladie, courage! Et demain, ça ira sûrement mieux.:)

 

 

 

Jeanne