Let’s talk about sex… mommy!

Sexe

Ça fait longtemps que j’ai envie de parler de sexe sur le blogue. Vraiment longtemps. J’ai envie d’en parler depuis que j’ai créé Le Carnet en fait. Et c’est aujourd’hui que ça se passe. Fait que maman, belle-maman, vous êtes averties : on va parler de sexe ici! 

Parler de sexe en 2017, ça peut sembler banal. Le sexe, le sexe, y’en a partout, on est habitué.  

Oui, mais non.

J’ai pas envie de vous parler d’hypersexualisation. J’ai pas envie de vous parler de porno. J’ai pas envie de vous parler du Kamasutra. J’ai pas envie de vous faire le discours de la mère débordée qui fait l’amour une fois par trois mois le samedi après-midi à côté de la brassée de linge à plier. Pentoute.

J’ai envie de vous parler du sexe dans la parentalité, avec des vrais mots, avec des vraies affaires. 

Bon. C’est ben beau avoir envie de parler de ça, mais d’un autre côté, je n’avais pas nécessairement envie de vous dévoiler les moindres détails de la vie sexuelle de super chum-papa et moi. Tsé, j’suis ben à l’aise à vous dire pas mal de choses, mais j’ai pas nécessairement envie que vous sachiez tout tout tout tout de notre couple. Ça fait que je suis allée au plus simple. J’ai posé cette question-ci à un groupe de mamans :

« Je veux juste savoir c’est comment le sexe dans votre couple depuis l’arrivée des enfants. Avez-vous plus ou moins de libido qu’avant? Vous gérez comment la fatigue? Est-ce que c’est un sujet de dispute dans votre couple? Est-ce que c’est un tabou? Est-ce que le sexe a changé ? En pire ? En mieux? Parlez-moi de n’importe quoi… je veux juste discuter. » 

Contre toute attente, environ vingt-cinq mamans ont répondu à l’appel et m’ont parlé à cœur ouvert de la sexualité dans leur couple depuis l’arrivée de bébé.  Pis ce n’est pas vrai que systématiquement, toutes les mamans enterrent le sexe dans un racoin de cimetière avec l’arrivée des enfants.   

Avant de commencer, voici quelques grandes lignes qui sont ressorties de mon enquête:

  • Le samedi soir est CLAIREMENT un must parental. Ce soir-là semble jouir d’un aura magique pour les parents;
  • Telles des motoneiges, certaines mamans ont affirmé avoir besoin d’un p’tit coup de primer supplémentaire pour starter;
  • Le vin a carrément fait son entrée dans les préliminaires, rien de moins;
  • Le cododo et l’allaitement forcent certains parents à sortir de leur zone de confort (lire ici: le lit) pis my god que ce genre de déménagement n’a pas l’air plate;
  • Le missionnaire… quel missionnaire?!
  • On dirait que la maternité rend certaines mamans plus difficiles à rassasier. Eh ben, messieurs…
  • « L’appétit vient en mangeant » est une expression qui prend tout son sens;
  • Y’en a aussi qui sont su’l bord d’émettre un avis de recherche pour leur libido. Sur les pintes de lait, peut-être?
  • Passé 21h, le dodo devient plus attirant qu’le sexe;
  • Il est possible qu’un petit « coucou maman » vienne briser l’élan de passion;
  • Svp la vie, faites que bébé s’endorme rapidement!!!
  • Les hormones. Juste les hormones. C’est toute.

Maintenant que vous avez l’ton, allons-y!

Le sexe; oui mais… 

Chez certaines mamans, ce n’est pas le manque de volonté ou l’absence d’envie qui posent problème. Nop. On parle de trucs beaucoup plus concrets de ça : les désagréments post-accouchement. Vous savez, la descente de vessie, les déchirures, les hémorroïdes et même la descente d’anus (parce que oui, ça existe, surtout après avoir poussé comme une folle pendant des heures), ben ça ralenti un peu les ardeurs. Les femmes ont envie de leurs conjoints, elles ont physiquement envie de faire l’amour, mais leur région pelvienne n’étant vraiment pas au sommet de sa forme, ça diminue quelque peu les ardeurs. Tsé, quand on a vingt ans, normalement, tout se tient. La vessie est très loin dans le bas du ventre, les foufounes sont toniques, roses et douces, mais après avoir porté un enfant pendant neuf mois pis après avoir fait sortir ledit enfant via le vagin (désolée, mais c’est ça la vraie vie), ça s’peut qu’il y des genres de p’tites marques ben relax. Et quand notre conjoint était habitué à une région pelvienne  su’a coche , ça s’peut aussi qu’on ait envie que tout se remettre en place avant d’enfiler les positions au lit, hein?    (J’en profite pour vous glisser un petit article que Marie-Ève Simard, physiothérapeute spécialisée en rééducation pelvienne et périnéale à partager sur le sujet. )

Y’a aussi le master problème de la fatigue. On s’mettra pas la tête dans le sable: avoir un ou deux enfants, c’est drôlement fatigant! Avant d’avoir de jolis chérubins qui courent partout dans la maison, vous pouviez aisément aller vous chercher un plateau de sushis au resto en sortant de la job le vendredi pis passer la soirée ben relax sur le divan, coupe de vin à la main, sushis plein la bouche, à regarder vos séries télé préf’. Pis ça, ben ça vous permettait d’être plein d’énergie une fois la lune levée et de vous perdre dans des ébats qui finissaient pu! Yééé!
Maintenant, oubliez ça. Juste OU-BLI-EZ. Quand ben même que vous passez chercher des sushis en finissant de travailler, il va quand même falloir que vous fassiez souper les enfants pis que vous fassiez la vaisselle pis que vous donniez les bains pis que vous ramassiez l’orgie de jouets qui traînent dans l’salon pis que vous écoutiez un épisode de la Pat’Patrouille agrémenté des commentaires de vos kids qui vous décrivent tout c’qui s’passe (au cas où vous seriez trop nonos pour le voir vous-mêmes tsé) pis que vous vous battiez pour leur brosser les dents pis que vous les couchiez. Finalement. Après ça, même avec TOUTE la bonne volonté du monde, même avec les sushis pis l’vin blanc bien frais, ça s’pourrait que vous vous endormiez sur le premier épisode de votre série et que d’un commun accord vous passiez au lit. Pour DORMIR. Juste pour DORMIR. Genre que vous ne serez pas malheureux de ne pas avoir fait l’amour; non non. Vous allez juste avoir fait un choix de couple d’aller vous coucher en cuillère en gardant vos bobettes parce que vos corps en ont besoin.

Est-ce que tout ça ça veut dire que vous êtes devenus des êtres platoniques dénués de toute libido? Non. Pentoute. C’est juste qu’il y a maintenant de nouveaux éléments (particulièrement turbulents) dans vos vies, qu’ils ont laissé des traces sur le corps de maman et qu’ils agissent comme un solide somnifère sur le corps de maman ET papa pis c’est tout.  

Ok, fait que, le sexe? 

Ben oui, y’en a encore du sexe après les enfants. Juré, promis, y’en a encore! Entoucas, chez les 25 mamans qui m’ont livré les secrets de leur chambre à coucher, y’en a. Pis j’vous confirme que ça pas l’air plate pentoute! 

Est-ce que le fait d’avoir des enfants ça diminue la fréquence des rapports sexuels? Oui. Assurément, oui. Les p’tites vites du dimanche matin pis les samedi après-midi passés au lit, comment je vous dirais ben ça… ils peuvent difficilement co-exister avec deux enfants d’âge préscolaire (à moins que les grand-parents restent proches et qu’ils soient vraiment très smath haha). Y’a une nouvelle variable dans votre couple qui s’appelle « un bébé » pis ladite variable fait en sorte que le temps que vous êtes disposés à réserver aux galipettes diminue considérablement. Mais ça ne veut pas dire qu’il n’en reste plus! Vraiment pas! Ça veut juste dire qu’il faut parfois travailler juste un peu plus fort pour créer ces moments-là.  

Les mamans que j’ai interrogées ont été assez claires là-dessus: elles (ainsi que leurs conjoints) sont souvent fatiguées et manquent de temps. PAR CONTRE, le sexe existe encore dans leur couple. Pis tsé, souvent, on parle des mamans qui ne veulent plus rien savoir de la sexualité après leur accouchement, de la mort de la libido suite à l’arrivée de bébé et on compatit avec le PAUVRE papa. Ok, ouin, peut-être. Toutefois, certaines mamans m’ont confié que depuis que leur conjoint est devenu papa, elles le trouvent encore plus attirant, encore plus sexy, encore plus homme! Ben oui messieurs: la paternité vous rend wild ça l’air!

D’après ma très grande étude très poussée (hihi), après l’arrivée d’un bébé, la fréquence des rapports sexuels diminue (parce que la fatigue, parce que le manque de temps, parce que les enfants), mais la qualité des rapports est encore là et parfois, elle est même mieux qu’avant! Intéressant, non?

Un peu de planification svp

Ce qui revient souvent dans les propos des mamans interrogées, c’est que maintenant, les moments de sexualité doivent parfois être un peu planifiés à l’avance. Certains couples se réservent le samedi soir pour se faire un beau souper une fois les enfants couchés et s’envoyer en l’air comme des adolescents (des vieux ados quand même 😉 ) après le repas. D’autres demandent à des parents proches de prendre les enfants une fois de temps en temps afin de se réserver des moments seuls à seuls, sans le spectre d’un possible « MAMANNNNNNNNNNNNN, JE VEUX DE L’EAUUUUUUUU » qui plane au-dessus du lit. Pour d’autres, les soirées sexe sont initiées dès le matin avec des mots doux, des embrassades tout au long de la journée, des effleurements qui font grimper la tension et qui mettent la table pour la soirée à venir. Hihannn!

J’ai trouvé les témoignages des mamans absolument magnifiques. Elles sont toutes conscientes que la situation n’est plus la même qu’avant et elles en ont toute parlé avec un regard honnête et tendre aussi. J’ai trouvé ça beau de les lire, de savoir qu’elles discutent avec leurs conjoints et qu’ensemble, ils trouvent des façons de se retrouver et de s’aimer encore. Certaines font l’amour et d’autres sont plutôt au stade de « faire la tendresse » comme dirait notre amie Ginette Reno, mais toutes ont parlé de la sexualité comme d’une belle chose, comme d’un moment privilégié avec leur amoureux, comme d’un moment de compréhension mutuelle et d’amour.

Et maintenant, super chum-papa et moi…

Je n’entrerai pas dans les détails de notre vie au lit. Évidemment, ça nous appartient, ça fait partie de notre petit univers de couple, juste à lui et moi. Par contre, je peux vous dire ceci… Nous aussi, nous sommes fatigués souvent. Genre qu’un soir sur deux, je m’endors sur le divan, la tête posée sur ses cuisses pendant qu’on écoute la télé. Louis se réveille presqu’à chaque nuit même s’il a maintenant deux ans. On a des listes de choses à faire longues comme le bras.
Par contre, notre couple a une petite particularité: pendant mes grossesses, je ne dois pas avoir de relations sexuelles. Genre zéro, pas pentoute, d’aucune façon que ce soit. C’est assez connu que ça peut donner des contractions et faire maturer le col, donc quand on a un utérus contractile et un col hyper fragile, le médecin nous dit gentiment de s’faire la tendresse plutôt que l’amour dans les mois à venir.

Du coup, après avoir eu Louis, super chum-papa et moi, on s’est comme retrouvé. Mon corps avait changé, oui, mais d’un autre côté, le fait d’avoir fait un enfant, ça avait complètement changé ma vision de moi-même pis j’trouvais mon corps beau, même avec ses bourrelets et ses fesses dodues. Pis on dirait que le passage de juste « super-chum » à « super chum-papa » a rendu mon amoureux encore plus hot à mes yeux. Comme s’il avait quelque chose de plus.. tsé, c’était rendu le père de mon enfant.

Je suis enceinte de plus de 8 mois présentement. Pis j’ai jamais trouvé mon chum aussi attirant que maintenant.

Le sexe ne meurt pas avec la parentalité. On lit souvent des histoires qui se veulent humoristiques où la maman se rase les jambes deux fois par année et que son garde-robe est constitué à 95% de linge mou pis taché de vomi. On entend souvent la fameuse joke que les boys se font entre eux quand y’en a un de la gang qui est sur le point de devenir papa, tsé le fameux « Ouais ben mon homme, oublie ça le sexe! ». On voit des récits de femmes qui sont complètement fermées face à leur conjoint et qui se butent devant toute conversation d’ordre sexuelle avec leur conjoint. On connaît tous quelqu’un(e) qui se plaint que le sexe est mort POUR LA VIE dans son couple depuis l’arrivée des enfants.

Ben moi, j’ai jasé avec des mamans. Des mamans ben normales. Des mamans de tous âges. Des mamans simples. Des mamans qui travaillent, qui vont à l’école ou qui sont à la maison. Des mamans minces et des plus enrobées. Des mamans aux caractères complètement différents. Des mamans comme vous et moi. Et ce qui est ressorti de tout ça, c’est qu’le sexe, c’est comme une flamme. Elle peut s’éteindre si on ne l’entretient pas, mais tant qu’il y a de la braise, il peut y avoir de la baise (oups, je l’ai dit!)

 

😉

 

S’abonner à l’infolettre

Comments

  1. Ça me fait du bien de te lire parce que tout à coup je me sent moins seule avec mes affaires de maman pis je me rends compte que la plupart on vit un peu tous les mêmes choses et ça ben ça me fait vachement du bien!!! Un énorme merci 🙏😊

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières photos Instagram

Copyright © 2018 · Theme by 17th Avenue