Semaine 20
Le vendredi 13 octobre 2017

Ouhhhh, vendredi 13! Synonyme de malchance et de superstition. Mais pas pour moi. Oh non! Parce qu’aujourd’hui, on franchi la deuxième « grosse » étape de la grossesse après les fameuses 12 semaines: la semaine 20.

La mi-parcours.
Le mi-chemin.
La moitié.
Le changement de dizaine.
Le début de « tu-peux-aller-direct-à-la-maternité-s’il-y-a-quelque-chose ».
Les 20 semaines.

Quand j’ai fait pipi sur le test de grossesse en juin, c’était TELLEMENT loin les 20 semaines! J’allais devoir traverser toute l’été, les vacances, le début de l’automne, le montage de l’abri tempo pis toute avant d’y arriver. Et puis là, ben c’est aujourd’hui et j’suis juste pas capable d’en revenir. On dirait que ça me donne un petit vertige parce que j’ai tellement trouvé que ça passé vite que j’suis entrain de comprendre que le bébé, il va arriver vite lui aussi.

Pis la chambre à Louis n’est pas faite encore.
Pis Louis ne dort pas 1 nuit sur 5.
Pis il va falloir qu’il apprivoise sa nouvelle chambre au sous-sol.
Pis va falloir que je me prépare un peu de bouffe d’avance.
Pis va falloir que je prépare le stock d’accouchement.
Pis, pis pis!

Je suis rendue de plus en plus dodue. Pas juste du ventre. Une vrai de vraie dodue des fesses et des cuisses et des hanches et du visage. Dorénavant, 100% de ma garde-robe est constituée de vêtements de maternité parce que je ne rentre juste plus dans mes vêtements normaux. Quand je suis fatiguée, des fois je commence à marcher comme un canard, en semi cowgirl genre. Il faut que je me tienne à la poignée pour sortir du bain. Tsé, je me patatise tranquillement pas vite.

En toute sérénité.

Parce que sérieusement, j’ai ben assez d’affaires à gérer sans commencer à être découragée de ma patatisation (que je traduirais en français par « Ma transformation en patate »). Il y a 1000 choses à faire avant l’arrivée du bébé et vu que j’ai déjà pas mal de contractions, ben je fais presque rien et j’laisse tout à super chum-papa. Fait que moi, d’un coup que le souper et la vaisselle sont faits, je m’occupe de Louis et dès qu’il est couchée, je deviens une baleine échouée sur le sofa pendant que super chum-papa a ses BigBill su’l dos et qu’il est entrain de reconfigurer l’sous-sol au complet à grand coup de plastrage et de peinture. J’me sens comme mal, inutile, pouiche, mais d’un autre côté, ma priorité, c’est mon bébé. Et y’a rien au monde qui va m’empêcher de prendre soin de lui (et de moi par la bande) pour qu’il naisse à terme, bien dodu (comme sa mère hahaha).

C’est un peu décousu comme texte aujourd’hui hein?! C’est parce que j’ai plein de choses à dire et que vous êtes un peu mon Journal Intime pas intime pentoute. J’espère que vous réussissez à suivre… un peu 😉


Le jeudi 19 octobre 2017

Jeudi matin, 8h30. Échographie morphologique.

Notre première grosse rencontre avec bébé Jérôme.

OMG QU’IL EST BEAU!!!!!!!

Sur l’image flou, pas nette et en noir et blanc d’écho, je trouve déjà qu’il ressemble à M. Louis et je sais déjà qu’il aura un mignon petit nez et la plus parfaite des petites bouches. Ça juste pas de sens à quel point j’ai trouvé qu’il avait des beaux os pis des beaux reins pis un beau cordon ombilical. Genre, il est parfait. Comme son frère.

L’échographie s’est super bien passée. Y’a comme deux technologue à l’hôpital de Chicoutimi que je pogne tout le temps et elles sont toutes deux simples et efficaces. C’est pas trop long, elles sont bonnes, y’a pas de niaisage, mais elles prennent le temps de répondre à nos questions (dans la mesure de ce qu’elles ont le droit de dire). Pis elles nous donnent les photos les plus parfaites de la Terre de notre mini en constructions!

J’ai eu une petite frousse par contre. Parce qu’après l’écho, nous sommes retournés dans la salle d’attente et lorsque le gynécologue nous a rappelés, c’était encore dans la salle d’écho parce qu’elle voulait vérifier certaines choses. J’sais pas,  j’dois être traumatisée parce qu’à Louis, ça, ce n’était jamais bon signe, mais j’ai eu une pointe d’angoisse. Heureusement, la gynécologue était très gentille et elle nous a rapidement dit que c’était simplement parce que certaines photos n’étaient pas suffisamment claires pour qu’elle puisse tout bien voir et qu’elle devait aller chercher certaines images à nouveau. Après quelques minutes, elle avait réussi à voir tout ce qu’elle voulait grâce à la bonne coopération de bébé qui bougeait beaucoup et elle nous a assuré que tout était « superbe ».

Évidemment, elle m’a un peu questionné sur mes antécédents de grossesse, à savoir à quel moment de ma première grossesse le retard de croissance de mon bébé avait été décelé. Je lui ai indiqué que c’était uniquement à la 32e semaine que j’avais eu le diagnostique, mais que ma hauteur utérine avait commencé à être so-so à 28 semaines. Bien qu’actuellement tout aille bien, que le poids de mon bébé soit estimé dans la norme et qu’il n’y ait pas de problème d’échange placentaire, elle s’est assurée que j’avais des échographies de croissance de prévues d’ici quelques semaines, histoire d’être certains que Jérôme sera un beau gros bébé.
Elle m’a aussi signalé que mon col était encore parfait, long et tonique. Ça, j’avais un peu peur parce que lors de la mesure, j’avais cru lire qu’il était moins long qu’il y a deux semaines, mais elle m’a assuré que tout allait comme sur des roulettes!

C’est immensément difficile de lâcher prise et de croire que tout va pour le mieux quand tant de pépins sont survenus lors de ma première grossesse. Heureusement, mon hypnothérapie et mes séances d’acupuncture semblent porter fruits et m’aider à relativiser ainsi qu’à rester calme. AaaaaAaaaaAooooOooooUuuuuuM!

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.