Grossesse semaine 7Le vendredi 14 juillet 2017

Sept semaines aujourd’hui. J’ai toujours une p’tite vague de bonheur lorsque je change de semaine (ou entoucas, que je pense que je change de semaine parce que je ne suis pas absolument certaine de mes dates), comme si je me rapprochais chaque fois un peu plus de mon petit amour.
Cette petite vague de bonheur-là, elle est la bienvenue ce matin parce que j’dois avouer que hier soir a été une difficile soirée dans mon cœur de maman. J’en ai parlé, j’ai des pertes de sang. Malheureusement, hier soir, j’en ai eu une plus importante que les autres. Encore une fois, rien d’alarmant; « juste » du sang brunâtre, mais c’est quand même tannant. Tellement tannant. J’ai beau me dire que je suis allée chez le médecin pas plus tard qu’il y a deux jours, que tout allait bien, que le sang est probablement dû à mon ectropion, c’est impossible d’avoir des certitudes et ça, ben ça me gosse.

Hier soir en plus, j’avais 1000 choses à faire. J’suis allée faire l’épicerie, j’ai défait l’épicerie, on a soupé, fait la vaisselle, j’ai préparé de la bouffe pour en fin de semaine, j’ai fait les bagages. Sauf que j’suis fatiguée. Brûlée. Une genre de fatigue qui envahit chaque centimètre de mon corps. Une fatigue qui me rentre dans les os, dans la tête, dans l’cœur. J’voudrais juste me coucher, tout le temps pis dormir. Mais j’peux pas; j’ai un fils de 17 mois, un amoureux, une maison, un travail, des obligations. Fait que hier soir, quand je regardais tout ce que j’avais à faire en terme de bagages pis de tâches, ma fatigue m’a encore plus envahie. J’avais l’goût de pleurer, tsé une grosse boule dans la gorge. Pleurer de fatigue, pleurer de stress, juste pleurer. Y’a même une larme ou deux qui ont coulé sur mes joues sans que j’puisse les retenir.
J’pense que cette fois-ci, super chum-papa a compris. Il a compris que c’tait pas une fatigue « ordinaire », que c’était plus que ça, que c’était une fatigue au bord du découragement. Lui qui normalement veut toujours qu’on soit prêt pis qu’on se dépêche pis qu’on prévoit m’a dit de prendre mon temps. Qu’on n’était pas pressé pour les bagages. De ne pas trop en faire. Il m’a même dit d’aller prendre une douche, de relaxer. Il m’a demandé comment j’allais, si j’étais correcte. Ça m’a quand même fait du bien qu’il s’arrête deux secondes et qu’il comprenne que la fatigue que je ressens est juste plus forte que moi.
Un des médecins qui travaille avec le médecin qui suit ma grossesse m’a téléphoné cette semaine. Il avait reçu les résultats de mes prises de sang de grossesse. Tout semblait être correct, sauf ma glande thyroïde. Lorsque je suis enceinte, il semble que cette glande qui régule tellement de chose dans mon corps me laisse un peu tomber. Elle fonctionne mal; elle n’est pas capable de fournir suffisamment pour que tout continue de bien fonctionner. Ça avait fait la même chose à Louis. Je dois donc maintenant prendre un médicament pour donner un coup de pouce à ma glande thyroïde. Fait que là, j’ai quand même espoir que mon humeur de marde et ma fatigue qui finit pu de finir soient dues non pas simplement à ma grossesse, mais aussi au fait que THE glande manque de vigueur. J’ai commencé à prendre mes médicaments ce matin. J’espère vraaaaaaiiiiiiment que d’ici quelques jours, j’aurai repris un minimum de contrôle sur mon corps et sur mes émotions parce qu’en toute honnêteté, j’suis tannée d’être tannée!


Le mardi 18 juillet 2017

Promis, j’dirai pu jamais de ma vie « Nananananère, je n’ai pas de symptômes de grossesse, tralalilalère » parce que : J’AI MAL AU COEURRRRRRRRRRRRRRRRR!
Tsé, pas trop mal. Pas mal au point de ne pas pouvoir manger et d’être verte. Même pas mal au point d’être malade. Mais j’suis toujours dans un état semi « le cœur au bord des lèvres », semi « tout m’écoeure », semi « j’ai tellement pas faim », semi « j’veux juste manger de la poutine », semi « yark du café », semi « crime, j’vais tu être malade?! » Elles font comment les filles qui ont des nausées tout le temps?! Parce que c’est pas juste le matin en me levant mon affaire. Ben non! C’est toute la journée.
Genre qu’hier soir, je faisais le souper, de quoi de ben normal : végé-croquette avec galette de légumes et salade à la crème. Pis j’regardais les aliments et j’étais comme « Beurk. Juste Beurk ».
Combinez ça au fait que je suis encore si fatiguée et au fait que j’m’endure pas et imaginez le tableau. Quand super chum-papa est revenu de travailler hier soir, il est entré dans la maison, Louis dans les bras. Il m’a dit « Hey, salut! Ça va?! » et moi de lui répondre « Eurk non ». Vous voyez le topo…
M’enfin! Bientôt 8 semaines. D’ici quelques jours, tout ça devrait être derrière moi! Courage! J’me plains pour rien de toute façon; y’en a des 4786987163x pires que moi!
….
Il n’est pas encore tout à fait 14h, je suis au bureau et je dors littéralement sur ma chaise. Je pique des clous, carrément. J’ai beau mâcher de la gomme, me lever debout, mettre de la musique, boire de l’eau, il n’y a rien à faire; je m’endors. J’suis quasiment en train d’évaluer la possibilité de me coucher en-dessous de mon bureau ou ben d’aller faire une rikiki sieste sur le siège de la toilette.
J’ai plein de travail à faire, nous sommes en fin de mois, ma collègue part en vacances vendredi, mais ça sert à rien, j’avance pas. J’suis ben trop fatiguée. J’suis comme dans un genre d’état entre l’éveil et le sommeil. My God, la fin de la journée est à des kilomètreeeeeees!
Mon oreiller, please!


Jeudi 20 juillet 2017

Youpiiiiiiiiiiiiii! Je viens d’avoir un téléphone de l’hôpital! J’ai rendez-vous jeudi prochain pour mon échographie de datation. Moins d’une semaine avant de revoir mon mini bébé! Je suis si contente, mais d’un autre côté, si angoissée! Et s’il y avait quelque chose qui clochait? Et s’il n’avait pas assez grossi? Et si son petit cœur avait cessé de battre? Et si? Et si? D’un autre côté, je me dis « pourquoi? ». Pourquoi il y aurait quelque chose qui cloche? Pourquoi il n’aurait pas assez grossi? Pourquoi son petit cœur ne battrait plus? Il n’y a aucune raison de penser ça… Certes, j’ai eu quelques saignements, mais c’est fini depuis plusieurs jours maintenant et ça n’a été accompagné d’aucune douleur. Qui plus est, ma poitrine est encore lourde, mon cœur est encore au bord de mes lèvres, ma fatigue est toujours là. Tout va bien man, tout va bien!
Aujourd’hui, selon mes calculs approximatifs, c’est le dernier jour de la semaine 7. Demain, j’aurai déjà 2 mois de grossesse de fait, 8 semaines. Demain, mon petit amour aura officiellement la grosseur d’une belle framboise. Demain, une autre semaine sera franchie!

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.